dimanche 12 décembre 2010

Une bretonne Universal à défaut d'être universelle

Ca n'est pas ici que l'on reprochera à un artiste de reprendre des morceaux bretons tels que Tri Martolod ou le Bro Gozh Ma Zadoù. Et pour cause, nous avons enregistré Tri Martolod sur notre dernier disque et le Bro Gozh Ma Zadoù figurera sur notre prochain album. Daonet - Nolwenn Leroy, même combat ? La gagnante de la deuxième Star Academy intitule son 3ème album "Bretonne" et y reprend une foultitude de traditionnels celtiques dont 4 morceaux en breton. Bravo ! Voilà une nouvelle audience pour la langue bretonne, c'est toujours bon à prendre.
Bonne nouvelle parce qu'il est important que la langue bretonne soit entendue hors des "frontières" bretonnes des bretonnants et sympathisants. En ce sens je dis bravo.
Qu'un large public découvre le répertoire traditionnel breton est essentiel pour vaincre l'ignorance et également parce que cela peut constituer la première marche vers la découverte d'une culture bretonne riche et variée.
C'est malheureusement là que le bât blesse, le répertoire choisi ressemble à une compilation "méga tubes celtiques" version karaoké "interprétée" sans verve par une Nolwenn Leroy en manque d'inspiration. On voudrait donner une image vieillissante de la musique bretonne, qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Où sont la vitalité, l'énergie, la folie ? Dans 1001 productions de la Bretagne d'aujourd'hui (Plantec, Pascal Lamour, Dom Duff, Roland Becker ... Alambig Electrik que j'écoute en écrivant ces lignes), sûrement pas dans cette carte postale vieillie, regard d'une bretonne de Paris sur la Bretagne figée de son enfance (et encore, l'imagerie des clips nous renvoie à Woodstock et aux trappeurs).
Beaucoup trop de respect pour ces morceaux, les Tri Yann eux mêmes s'amusent avec leurs classiques (J'entends le loup, le renard en mobilette), Alan Stivell réinterprète sans cesse ses succès (dernièrement il faisait du scat sur Tri Martolod). On a malheureusement ici un manque d'imagination et de créativité criant. Que Nolwenn Leroy rende hommage à la musique de son pays est tout à fait louable, dommage que la copie soit si triste et plate. Quant à savoir si ce disque a le potentiel pour faire un succès commercial je n'en ai pas la moindre idée, c'est tout le mal que je lui souhaite. Si ce disque pouvait donner un coup de projecteur sur la culture bretonne, ça serait toujours ça de pris.
Enregistrer un commentaire